LE SENS DE NOS VIES N’EST PAS UNE MARCHANDISE – 2018 : résister à la privatisation du langage

De plus en plus, la communication de masse est soumise à un critère unique, extérieur aux fonctions originelles du langage que sont l’information, l’échange, la transmission de connaissances ou de vérités, et même la séduction, et même le mensonge, quand ils conservent le lien avec le partage d’humanité… Ce critère unique envahissant est l’augmentation du taux de profit des entreprises qui en ont pris le contrôle. Dans la deuxième édition de mon essai « Pour la gratuité », j’évoquais en préface les conséquences anthropologiques de cette usurpation qui touche à l’outil grâce auquel nous sommes en mesure de donner un sens à nos vies : nos langages. J’en propose ici quelques paragraphes axés autour d’un paradoxe emblématique de cette perte de sens : l’usage obsessionnel du mot « gratuit » par la grande distribution et la pub. On profite de ce changement d’année pour desserrer l’étau ? Pour construire des outils intellectuels, militants, techniques, artistiques qui remettent le marché à sa place, bon esclave mais mauvais maître ?

Et pour ceux qui aiment le fun et les effrois de la fiction, voici une contribution d’une autre nature écrite sur ça et pour eux :

logorama-530x315-c

Lire un quotidien gratuit, c’est gratuit. Caresser des yeux les fesses impeccables des belles publiciteuses qui scandent nos promenades sur l’espace public, c’est gratuit. Traverser un hypermarché et y remplir son caddie, c’est faire moisson de « produits gratuits en plus ». J’ai récemment été contacté par un cabinet de consultants engagé pour étudier la disponibilité des peuples européens à la consommation de quotidiens gratuits. D’évidence, on attendait de moi, repéré sur Internet comme «spécialiste de la gratuité», que je contribue tout naturellement à la croisade publicitaire et que je m’engage contre le combat d’arrière-garde des journaux payants. Quand un journaliste m’appelle pour m’interroger sur la gratuité, c’est désormais presque chaque fois au sujet de ces supercheries prises pour du bon pain. Plus de vingt ans après la première édition de Pour la gratuité, qui l’évoquait déjà, le marché capitaliste est en train de réussir son OPA paradoxale sur les mots «gratuit» et «gratuité». Ce n’est pas le moindre symptôme de l’effondrement du sens provoqué par la privatisation du langage.

L’asticot du pêcheur est gratuit pour les tanches Lire la suite

Publicités