UN PRESIDENT AFRICAIN TROUVE LA SOLUTION A LA CRISE DES GILETS JAUNES

Petite fiction politique, comme ce blog a l’habitude d’en proposer. Son Excellence El Hadji Anbènyogonbolo, Président de la République du Bwatabla a trouvé la solution pour sauver son collègue Emmanuel Macron de la révolte des gilets jaunes. Ce média est en mesure de dévoiler le contenu du message que l’Excellence vient d’envoyer à son homologue et espère qu’il éclairera le débat.   

2018-11-24t132446z_787281418_rc1680b18a50_rtrmadp_3_france-protests_1_0

De Son Excellence El Hadji Anbènyogonbolo, président de la République du Bwatabla

A son Excellence Monsieur Emmanuel Macron, Président de la République Française

Votre Excellence, depuis des mois, le magistère que vous exercez sur la belle terre de France est encombré et sali par des manifestations de mécontents, une catégorie sociale dont je connais bien la mauvaise foi et les nuisances. Ils sont chez vous reconnaissables par le hideux gilet jaune qu’ils aiment à arborer. Chaque semaine, ils saccagent des hauts lieux de la culture et du commerce qui font l’attrait de votre pays et où j’ai moi-même, avec la Première Dame, souvent eu l’occasion de me rendre.

Mes services m’ont informé de leurs revendications qui, selon les rapports, portent pour l’essentiel sur le niveau de vie et la difficulté des fins de mois. Ce sont des problèmes que connaissent beaucoup de mes administrés et je crois avoir une solution simple à vous proposer. Ces Messieurs et Dames au gilet jaune souhaitent une forte augmentation des rémunérations. Les cadeaux que vous leur avez généreusement offerts ne semblent pas leur suffire. Je les entends dire qu’il s’agit de diversion, de miettes, qu’ils veulent davantage. Et leur pression de se relâche pas, nous privant, nous les amis de la France, des promenades que nous avions l’habitude de faire le samedi dans les plus merveilleux paysages de votre belle capitale. Ça ne peut plus durer. J’ai donc décidé de vous tendre la main pour vous aider à sortir de ce mauvais pas.

Mon pays est prêt à les accueillir en stage. Sans visa. L’hospitalité est une de nos vertus fondatrices. Comme tous vos compatriotes, les gilets jaunes aiment le soleil. Il en auront à foison, et plus que jamais du fait de la conduite éclairée des pays que vous aimez dire avancés et dont en effet les émissions de carbone dans l’atmosphère ne reculent pas. Vos gilets jaunes revendiquent une augmentation significative du salaire minimum. Je suis disposé à le tripler. + 200 %. Ils vivront ainsi trois fois mieux, trois fois mieux en tout cas que ceux de mes compatriotes qui ont le bonheur d’avoir un emploi et ont été embauchés par des employeurs suffisamment conscients pour leur garantir le minimum légal qui l’élève à 40 000 F par mois (60 €). Vous résoudrez du même coup un autre problème, l’hostilité à l’Union européenne que manifestent beaucoup de vos rebelles, en leur rendant une monnaie qui porte la marque de votre nation, puisqu’au lieu de l’euro, monnaie apatride, ils retrouveront leur bon vieux franc.

Cet augmentation de 300 % leur permettra de trouver sans problème une chambrette. Nous solliciterons l’OMS pour leur fournir une moustiquaire. L’Etat du Bwatabla est même prêt à leur offrir un ventilateur pour se rafraichir dans les quartiers et les périodes où le courant électrique est distribué. Ils auront la joie d’utiliser pour se déplacer nos pittoresques taxis-brousse, de déguster quotidiennement nos sauces pimentées et pour ceux qui ne partagent pas la foi musulmane (ou la partagent par intermittence), de boire de temps à autre une bonne bière bien fraiche. Soumis à ce régime, je vois mal comment ils pourraient encore se plaindre.

Les avantages pour votre budget ne s’arrêtent pas là. L’espérance de vie est chez nous de 59 ans. Comme vos lois situent l’âge de la retraite à 62 ans, la plupart des gilets jaunes auxquels aura été appliquée la solution que je vous offre ne ponctionneront donc jamais les comptes de vos assurances retraites, ce qui à soi seul constitue un apport significatif du Bwatabla à vos équilibres budgétaires. Problème : le mariage revient chez nous assez cher et il est douteux qu’avec ces revenus, les gilets jaunes mâles puissent obtenir la main des plus jolies filles du pays. Mais je compte sur l’attachement des coopérations allemande, suisse, américaine, suédoise, espagnole, néerlandaise, même vaticane, même slovaque, même coréenne  à la « problématique de genre » pour pallier ce problème.

Pardon d’aborder avec Votre Excellence ces questions d’intendance, mais nos budgets publics sont maigrelets et ponctionnés par de nombreux appétits. Je sollicite donc de votre haute bienveillance le versement d’une subvention équivalente au débours que je suis prêt à faire pour vous sauver de cette mauvaise passe. Ce ne devrait pas être un problème pour vous. Le récent incendie de votre cathédrale Notre-Dame de Paris m’a fait couler les larmes. Condoléances. Mais les fonds recueillis pour la reconstruire sont copieux. Il vous suffira d’en détourner une partie pour que l’urgence nationale créée par les gilets jaunes trouve sa solution. Si vous ne disposez pas dans votre pays d’experts suffisamment aguerris en matière de détournements, nous avons des consultants tout à fait compétents dans ce domaine et je sais qu’ils trouveront sans peine les moyens de se rémunérer par eux-mêmes si vous les sollicitez. Inch Allah.

En espérant avoir utilement contribué au relèvement de votre magistrature, je vous prie d’agréer l’expression de ma haute considération.

Son Excellence El Hadji Anbènyogonbolo, président de la République du Bwatabla

 

 

8 réflexions sur “UN PRESIDENT AFRICAIN TROUVE LA SOLUTION A LA CRISE DES GILETS JAUNES

  1. Bonjour,
    Si c’est autre chose qu’une plaisanterie, ce dont je doute, elle est de très mauvais goût car il est vieux comme la réaction d’opposer les pauvres du Sud et ceux du Nord. C’est à ceux qui bénéficient de la disparition de l’ISF qu’il faut proposer de vivre en Afrique et de faire un stage comme caissier dans une supérette.
    O.Aquèria

    J'aime

    • C’est en effet une plaisanterie. Mais comme je vis entre la France et le Mali, je vous affirme qu’elle dit quelque chose. Il faut commencer à réfléchir en Terriens aux questions politiques qui nous mobilisent. Défendre la sécurité sociale, c’est bien. Mais se souvenir en même temps que la qualité de nos systèmes de santé a quelque chose à voir avec l’accumulation par la force des richesses du monde dans quelques pays, ça ne fait pas de mal. Souhaiter davantage de justice chez nous dans la répartition des richesses, c’est bien. Mais alors, allons jusqu’au bout. Les milliers de morts en Méditerranée sont victimes de nos étroitesses politiques. Très juste en tout cas l’idée de proposer aux plus riches de faire ce stage. Ici aussi, allons plus loin. Les dix plus grosses fortunes de la planète équivalent à ce que possèdent les 3,5 milliards de Terriens les plus pauvres, pourtant la contenance de l’estomac d’un riche ne dépasse pas celle d’un travailleur mal payé. On leur prend tout. On leur donne une grosse pension à vie pour honorer notre commune humanité. On réorganise et on redistribue. Merci de votre utile contribution.

      J'aime

  2. Son Excellence Anbenyogonbolo réussit en tout cas le prodige de bien des enseignements à Son Excellence Emmanuel Macron. Il parle en effet de tripler les rémunérations mais écrit 300% réussissant la prestidigitation de donner trois leçons en un jet ! À décoder selon votre humeur… Soit il est plus généreux qu’il ne veuille le laisser paraître en sextuplant plutôt que triplant, ce qui montre sa grandeur d’âme pour le Bouatabla et la France. Soit il est roublard hors pair en démontrant subrepticement son expertise aguerrie en détournement de biens publics, ce qui montre sa sincérité agissante. Soit enfin il dit subliminale-ment à Macron tout le bien qu’il pense de son intelligence. Ne dit-on pas qu’il est le cancre des cancres et haïsseur des misérables ? Le gilet jaune voit son oppresseur et le bouatablais voit le sien. En attendant le nivellement avec les Terriens, les gilets jaunes lui doivent rappeler tous les symboles de mise à plat, des manifestations perlées du samedi aux flammes de Notre Dame et au temps accru de réflexion pour le dialogue national. L’un dit Pauvres riches ! L’autre dit Salauds de pauvres ! Un dialogue bien parlant ou l’ultime estocade d’une Excellence à l’autre !

    J'aime

    • Merci Amadou Cissé pour la précision arithmétique. Votre commentaire m’interdit de la modifier, car après votre remarque, je ne peux plus cacher ma bévue. Je la laisse donc pour ma grande honte, mais heureusement rectifiée par vous. Toutes les hypothèses que vous émettez – roublardise, prestidigitation, détournements, sincérité agissante… – pimentent efficacement ma sauce et je vous remercie d’en avoir ainsi relevé le goût. Petite remarque : j’avais précautionneusement modifié l’orthographe usuelle de Boua en Bwa, pour m’approcher de la règle du kotèba instituée dit-on par Da Monzon Diarra, roi de Ségou, et qui veux que la critique soit plaisante et ne cite jamais les noms. Vous voulez me dénoncer ? Je vous ai fait quoi ? Encore merci de votre contribution pimentée, salée et tout à fait à mon goût. An bè nyogon bolo !.

      J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s